Home Mode Musestyle : pourquoi le site de curation mode n’a pas eu le...

4 Flares Filament.io 4 Flares ×

Entre marketing digital, curated shopping site et nouveau réseau social, voici Musestyle.com.

Lancé en janvier 2014, le nouveau site mélangeant tendances mode et shopping intuitif a été présenté comme LE site de curation qui allait bouleverser le petit monde de la mode. 6 petits mois plus tard cependant, MuseStyle.com n’a pas décollé et pire, est décevant après essai.

Grosse erreur de tactique, ou simples réajustements, on va essayer d’analyser pourquoi ce site de curation mode, totalement alléchant sur le papier, n’a pas eu le buzz annoncé pour l’instant.

 Musestyle

Musestyle.com, de quoi s’agit-il ?

Musestyle.com fait figure d’hybride, à la fois tableau de tendance du moment à la Pinterest mais aussi plateforme d’achat hyper pointue, où le contenu éditorial n’est fait que par des spécialistes.

En clair ? Contrairement aux plateformes de curation, Musestyle est alimenté seulement par des Muses, c’est-à-dire des spécialistes de la mode qui vont venir épingler leurs looks préférés et les dernières tendances à suivre, avec des photos issues de catwalk, de tapis rouge et bien évidemment de street-style.

Sur les photos, il est ensuite possible de s’approprier chaque pièce (robe, sac ou encore escarpins) en cliquant dessus : le site vous présente alors plusieurs possibilités, soit la pièce exacte de la photo (souvent une pièce de grande marque inaccessible) soit des vêtements qui ressemblent, sur des boutiques tout à faits abordables, telles Zara, Mango ou Asos.

Un shopping en 3 étapes : je m’inspire, je clique, j’achète et tout ça, sans changer de fenêtre ! Une idée lancée par Cathy Pill, créatrice belge et Sarah Levin Weinberg, experte en webmarketing, qui ont d’ailleurs gagné en 2013 un prix du Microsoft Innovation Center belge.

 

 Sur le papier, Musestyle.com est parfait, mais pourtant…

 

Musestyle Infographie

L’idée est plutôt maline, le business model simple et efficace (je vous en dit plus dans l’encadré), mais depuis 6 mois, le site ne décolle pas. En témoignent les chiffres des principaux réseaux sociaux de Musestyle.com, qui ne sont pas spécialement bons comme vous pouvez le voir.

Étonnant pour un site que l’on présentait déjà comme le nouveau Pinterest dédié exclusivement à la mode ?

Pas tant que ça… je vous donne quelques raisons qui m’ont sauté aux yeux après quelques semaines d’essais.

 

1. Parce que le concept n’est pas si révolutionnaire

Ce système « d’images enrichies » permettant de shopper directement le look vu existe déjà (le site ne s’en cache pas) plutôt chez les blogs de mode, mais aussi sur des sites mêlant mode et people, notamment aux Etat-Unis, comme Fabsugar.com et sa boutique shopstyle.com. En outre, si vous ne le saviez-pas, c’était aussi au coeur de la stratégie d’Asos à ses débuts, le nom de la boutique étant l’acronyme de l’expression As Seen On Stars.

Le site souhaite ainsi simplifier le processus d’achat, en donnant un côté expertise pointue, les photos ayant été sélectionnées par des « Muses spécialistes » : tout simplement un grand agrégateurs des photos de nos blogueuses et mannequins favorites, liées directement à des boutiques.

Un vrai win-win, surtout pour les marques, qui cherchent  à gagner toujours plus en visibilité.

Un sac, un lien, un code d'affiliation. Exemple issu de www.leblogdebetty.com

Un sac, un lien, un code d’affiliation.
Exemple issu de www.leblogdebetty.com

 

Quel est le business model du site ? L’affiliation, vous l’avez compris ! Il s’agit pour un site éditorial (ici Musestyle, mais il s’agit aussi du même cas pour les blogs de mode) d’ajouter des liens menant vers la boutique citée dans son contenu.
L’internaute, en se rendant sur le site, arrivera peut-être jusqu’au processus d’achat : c’est à ce moment là que le blogueur ou le site éditorial touche une commission. Pour en être certains, faites le test : les Url sont nécessairement trackées et contiennent le plus souvent l’expression  « utm_medium=affiliate »

2. Parce que l’ergonomie du site demande encore des ajustements

On nous a mal habitués ! Outre les grands sites de curation -Pinterest en tête – de plus en plus beaux et malins – les sites des magazines eux-même ont subis un vrai coup de balais ces derniers mois pour se simplifier et se rapprocher d’une ergonomie parfaite (je pense notamment au coup de pinceau fait sur le site de vogue.fr).

Là, entre une typographie vieillotte et des logos un brin dépassés, je tique. Pire, j’ai du mal à lire et à rester sur le site.

3. Parce que le shopping proposé n’est pas toujours à la hauteur

Le très bon côté, c’est que l’on propose dans la majorité des cas non seulement la tenue réellement portée par la personne (souvent inabordable) mais aussi des tenues qui ressemblent, issus de boutiques que nous connaissons toutes comme Topshop, Monoprix, Kookaï.

Le mauvais côté, c’est que, dans de nombreux cas, le vêtement proposé s’éloigne un peu trop de l’inspiration de départ.

Et l’on en vient à épingler le look, et à chercher soit même sur nos e-shop préférés un vêtement ressemblant (true story). A l’ancienne donc.

Là par exemple, ce sont les manches délicates en dentelles que l'on recherche en cliquant sur cette photo, non ? Pourquoi proposer une robe noire qui n'a rien à voir ?

Là par exemple, ce sont les manches délicates en dentelle que l’on recherche en cliquant sur cette photo, non ? Pourquoi proposer une robe noire qui n’a rien à voir ?

 

4. Parce que cela a été perçu comme un site social de curation shopping alors que cela n’en est pas un

Le site prodigue donc des conseils d’experts sur les grandes tendances. D’accord, mais l’internaute alors ? J’ai du mal à voir de quelle façon le site pourra réussir à créer une communauté (donc à devenir un véritable réseau social de shopping) tant l’on est rapidement limité.

Pour le moment, le site semble ne fonctionner que dans un sens : on peut simplement liker une image (mais cela n’apparaît pas sur votre profil) ou le garder pour plus tard dans son profil. Sinon, rien. Tout vient des muses contributrices et l’on se retrouve finalement dans la même situation que si l’on lisait un magazine et que l’on voulait acheter la même robe que Miranda Kerr. Un peu plat pour un media se considérant comme social.

5. Parce que le site ne bouge pas assez

Alors je sais, on va encore me dire que je devrais d’abord balayer devant ma porte, mais j’ai été très étonnée du peu de mises à jour sur le site.

Lorsque l’on est habitué à des sites de curation qui bougent toute le temps, des images qui défilent sans arrêt, des scrolling infinis, l’infobésité et j’en passe, l’on est finalement déçu de ne pas voir de nouvelles images plus souvent.

Et sachant que les nouveaux look pullulent chaque jour, entre sorties de mannequins, street-style de blogueuses et autres réjouissances, l’on dirait presque que Musestyle rate le coche… et la tendance, en arrivant toujours un peu en retard.

 

4 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 3 Email -- Pin It Share 1 Filament.io 4 Flares ×
1 commentaire pour cet article

Laisser un commentaire