[vc_row el_position= »first »] [vc_column] [vc_column_text el_position= »first last »]

Pour certains, la pâtisserie est comme un don, une prouesse qui s’exécute sans effort. Pour d’autres –la plupart, avouons le- seul le gâteau au yaourt ou les crêpes se sont laissés apprivoiser. Rien n’est pourtant insurmontable, tant que l’on ne souhaite pas se transformer en un nouveau Christophe (Adam ou Michalak, c’est selon).

Pour les bases, rien de tel qu’un bon vieux livre ; on m’avait offert à l’époque le Larousse des Desserts de Pierre Hermé. Contenant pas mal d’erreurs et d’inexactitudes, voire oubliant de préciser certains gestes, il permet tout de même de connaître les ustensiles et les différents noms de telle ou telle technique (sucre filé et ses amis notamment).

Si vous avez un amour certain pour la patisserie anglo-saxonne, je vous conseille aussi « La Vraie pâtisserie familiale toute simple » de Mary Berry, entre Scones et Cheesecake (ainsi que d’autres recettes, plus françaises pour le coup). Il permet d’avancer et ne demande pas un bon niveau de pratique.

Mais j’ai encore d’autres bons plans dans ma manche, surtout en ca qui concerne les beaux, voire les très beaux ouvrages. Celui de Guillemette Auboyer d’abord, « Desserts des jours heureux » chez Solar, dont les photos sont justes splendides (girly, fifty, à ne pas regarder un jour de pénitence de bouffe). Notons qu’elle vient juste d’ouvrir son propre salon de thé à Lyon, « Chez Guillemette » et que cela vaut le détour (11 rue François Dauphin dans le 2°, avec brunch ou repas le midi). Et qu’elle possède un blog, Chocolat et Caetera, charmant lui aussi (là, j’ai vraiment faim).

Il y a aussi le petit livre de Christophe Adam –non approuvé par la maison Fauchon-  Eclairs ! aux Editions de la Martinière,  qui rend juste fou. Réellement. Il propose d’ailleurs en ce moment un concours sur son blog, où il faut créer son propre éclair original, ce qui permettra de rencontrer le chef si vous êtes sélectionné.

Pour les flemmards, les nuls ou ceux qui ont des pattes de poulet à la place des mains (et bien d’autres cas de figures encore) je ne vous en veux pas. Seulement, si vous habitez à Lyon, faites donc un tour à la Maison Bouillet au métro Croix-Rousse. Ayant eu l’occasion d’y suivre un cours mais aussi de visiter les laboratoires, je peux vous assurer que l’homme a de l’idée et du goût.

Je vous laisse alors enfiler votre tablier; moi je vais aller piocher dans ma boîte de Chocapic.

 

[/vc_column_text] [/vc_column] [/vc_row] [vc_row el_position= »last »] [vc_column width= »1/2″] [vc_gallery type= »flexslider_fade » interval= »3″ onclick= »link_image » img_size= »full » images= »1502,1501,1500,1499,1498″ custom_links_target= »_self » el_position= »first last »] [/vc_column] [vc_column el_position= »last » width= »1/2″] [/vc_column] [/vc_row]